Divers

Deux joueurs de l’AS Kaloum en fuite après des essais infructueux à l’AJ Auxerre et à Châteauroux

L’agent de joueurs Abdoul Karim Bangoura, connu sous le sobriquet AKB est aujourd’hui dans une situation extrêmement embarrassante suite à la fuite de deux jeunes footballeurs qu’il a récemment fait venir en France pour effectuer des essais. Les deux jeunes de l’ASK, Mohamed Soumah «Yeboudou» (18 ans) et Sekou Camara (18 ans) ont disparu sans laisser de traces derrière eux. Pour l’instant aucune nouvelles concernant ces deux garçons qui ont quitté leur hôtel parisien le 7 mai dernier.

Read More

Les deux joueurs ont quitté Conakry le 23 avril dernier dans le but d’effectuer des essais à l’AJ Auxerre. Du 24 au 29 avril, la cellule de recrutement de l’AJA en présence de l’icône du club, Guy Roux a pris tout le temps de tester ces deux gamins sur le plan physique, tactique et technique. Au finish, la conclusion était sans appel: «Ce n’est pas suffisant par rapport à ce que nous avons ici dans notre centre de formation.» Autrement dit, test non concluant. Les deux joueurs ont été remis à la disposition de AKB.

 

 

Ce dernier étant décidé de trouver un point de chute à ces deux joueurs, a encore tenté d’autres coups. «J’ai alors pris contact avec mon ami Didier Tholot avec qui j’ai joué à Martigues et qui est aujourd’hui entraîneur de Châteauroux pour lui proposer ces deux gamins. Il m’a tout de suite donné son accord. C’est ainsi que Sékou et Mohamed ont pu effectuer du 1er au 6 mai dernier des essais à Châteauroux. Le résultat fut le même que celui obtenu au paravent à l’AJA. Les techniciens de Châteauroux ont trouvé Sékou qui est un avant centre, intéressant. Par contre, ils ont estimé qu’il n’avait pas le profil de joueur qui pouvait attirer leur attention. Ils nous ont fait savoir qu’ils disposent de joueurs beaucoup plus talentueux que Sékou dans leur centre de formation.»

 

 

«C’est une situation assez frustrante. Nos jeunes ont du talent mais ils ont des grosses lacunes physiques et tactiques. Ceci est dû à un manque criard de formation à la base. J’ai mon fils de 10 ans qui a déjà 5 ans dans le football. Nous avons sérieusement besoin des centres de formation pour permettre aux jeunes d’acquérir les fondamentaux du football. Dans la sous-région, la Guinée est l’un des rares pays qui ne dispose d’aucun centre de formation. Du coup, les chances de réussite de nos jeunes lors des essais ici en Europe sont très faibles. Sur le terrain, tous ont des problèmes de positionnement. Et les clubs n’ont plus de patience comme de par le passé. »

 

Le deuxième échec consécutif des jeunes n’a pas empêcher AKB de tenter une dernière chance du côté de Nîmes. «Vu que les visas de ces gamins étaient encore en cours de validité, j’ai pu encore obtenir l’aval des techniciens de Nîmes pour leur permettre de faire un troisième essai. Le 6 mai, le président de l’ASK, Baidi Arribot a reçu les deux jeunes à Paris après leurs essais non concluant à Châteauroux. Il les a logé dans un hôtel. Le lendemain, il devait les embarquer dans le train pour qu’ils me rejoignent ici à Marseille. Nîmes n’étant pas loin de chez moi (NDLR 123 km), il était prévu qu’on parte ensemble là-bas en voiture. Quand le président de l’ASK est arrivé le lendemain dans leur chambre hôtel, il n’a trouvé personne. Les gamins avaient quitté les lieux sans laisser de traces. Depuis ce jour, nous n’avons plus de leurs nouvelles.»

 

 

L’ancien joueur du Syli national est aujourd’hui outragé, en même temps embarrassé par cette situation qu’il n’a pas vu venir. «Je ne pouvais jamais imaginé que ces gamins avaient une idée pareille derrière la tête.» AKB étant conscient que sa crédibilité est aujourd’hui en jeu, a signalé à la police française la fuite des garçons pour éviter que son nom ne soit associé à l’immigration clandestine. «J’ai travaillé sur ce dossier pendant un an. L’année dernière ces deux gamins ne pouvaient pas voyager, parce qu’ils étaient mineurs. Cette année quand ils ont eu 18 ans, nous avons pu les trouver des visas. Pour cela, nous avons pris des engagements auprès de l’ambassade de France à Conakry que nous allons tout faire pour que ces deux joueurs retournent à Conakry une fois que les tests sont terminés. A mon niveau aussi aussi, Sékou et Mohamed ont signé un engagement écrit qu’il vont se retourner à Conakry après les essais. J’ai encore le document sur moi. Je ferai tout pour qu’ils soient rapatriés. Ils vont servir d’exemple à d’autres jeunes qui seraient tentés à l’avenir de faire la même chose. Finalement, nous avons compris qu’ils n’étaient pas venu pour jouer au football. Sinon, ils auraient du saisir leur dernière chance à Nîmes.»

 

 

«Nous sommes aujourd’hui très embarrassés. Ces gamins ont non seulement manqué du respect au club qui les a invité pour faire des essais mais aussi à nous et à leurs coéquipiers de l’AS Kaloum. Les dirigeants de l’AS Kaloum ont pris en charge tous les frais liés à leur transport et à leur hébergement. Le président du club Baidi Arribot et Malik Kébé se sont beaucoup investis dans ce dossier. Pour ma part, je les suis profondément reconnaissant.»

 

 

Alseny N’Dour

 

La bonne nouvelle pour AKB est celle concernant un autre jeune de l’ASK, Alseny N’Dour. Ce garçon avait effectué l’année dernière un essai concluant à Bastia. Étant mineur à l’époque, il fallait qu’il se retourne à Conakry. Avant son départ, le club Corse lui avait remis un programme d’entraînement spécial. Cette année, le jeune Alseny est de retour en Corse pour entamer sa formation au sein du club récemment promu en Ligue 1 française. Après Sadio Diallo qui a d’une manière ou d’une autre marqué l’histoire du club corse, un autre guinéen pourrait dans les années à venir faire parler de lui sur l’Île de la beauté.

 

 

Tanou,

Guineefoot Rotterdam

Pays-Bas

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Les plus lus

To Top