Interviews

Interview exclusive : Dénis Goavec entraineur de l’ASK « L’objectif, ce n’est pas la coupe nationale »

Conakry– Après avoir signé son retour au sein de l’AS Kaloum ce jeudi 1er septembre, l’entraineur Dénis Goavec a déjà pris ses fonctions au sein du club. Dans la foulée, et à dirigé sa première séance d’entrainement au stade de la mission de Kaloum.

 
Dans une interview excusive accordée à guineefoot , le technicien Français parle de ses sentiments après la signature de son contrat. C’était à l’issue d’une brève cérémonie de présentation organisée par la cellule de communication de Laloum. Lisez !!!!

 
Guineefoot : Coach Dénis bonsoir, pourquoi avez-vous décidé de reprendre l’AS Kaloum, après une première expérience plus ou moins réussie avec ce club en début de saison ?

 
Goavec : C’est le même Goavec qui revient avec toujours l’envie de travailler, car le football c’est ma passion et j’aime entrainer l’AS Kaloum. Certes ; j‘avais eu quelques petits soucis il y a quelques mois ici, mais j’ai décidé de revenir par ce qu’il y a eu un changement au sein de l’AS Kaloum (..). En guinée, il y a assez du talent que je n’ai jamais vu en Afrique, et Kaloum a du potentiel avec son équipe jeune qui à de l’avenir. Donc, il fallait que je revienne car le club a changé d’orientation, et c’est important.

 
Aujourd’hui vous revenez au sein d’une équipe décimée après le départ de plusieurs de ses éléments clés, comment comptez-vous donc abordez la coupe nationale ?

 
C’est l’une des premières priorités pour nous, cette coupe nationale. Mais ce n’est pas la première priorité.. Certes, on a une équipe moins forte qu’hier, mais l’AS Kaloum d’aujourd’hui sera plus forte que celle d’hier. Même si on n’a pas tous les atouts, mais on va s’y mettre avec les joueurs qui sont là et qui ont envie de démontrer leurs talents et de sauver leurs saisons. Surtout éviter une saison blanche afin de jouer la coupe de la CAF la saison prochaine.

 
L’objectif immédiat reste donc cette coupe nationale pour une survie de Kaloum ?

 
Le premier objectif, c’est d’abord de reconstruire cette équipe. La coupe nationale est nécessaire pour nous, mais ce n’est l’objectif dans l’immédiat. On a besoin de mettre en place un club sur une autre base avant le début du championnat. Si je suis là, c’est pour travailler sur le long terme.

 
Est-ce que vous avez déjà ciblé des joueurs pour éventuellement renforcer l’AS Kaloum avant le début de cette coupe et surtout du championnat ?

 
Pour l’instant, non. On n’a ciblé aucun joueur. Il y a quelques cadres qui sont restés et on a des jeunes ici qui ont du talent et qui veulent s’exprimer. Donc, il faut les donner cette occasion. Pour le moment, on fait avec ces jeunes, et on verra après. Le recrutement n’est pas non plus à exclure prochainement.

 
L’ASK a raté le titre cette saison encore au détriment du Horoya, et la seule survie qui lui reste, c’est cette coupe nationale. Avant le début des 8émes de final, ne sentez-vous pas une pression sur vos épaules ?

 
(Rire). Elle est au bas cette pression. Le public, qu’il soit content ou pas, c’est le long terme que moi je vise. Cependant, je travaillerai à ce qu’il soit content, mais cela ne changera pas ma façon de faire les choses. Je n’ai absolument aucune pression et je n’ai peur de rien, sinon je n’allais pas revenir. Il faudra du temps pour remettre en place une équipe et c’est un challenge qui est compliqué.

 
Aujourd’hui, quel est l’objectif qui vous a été assigné par la direction de l’AS Kaloum ?

 
D’abord, c’est de former et d’encadrer les jeunes joueurs du club. Déterminer une nouvelle philosophie et une orientation pour Kaloum. Former aussi les éducateurs et encadreurs pour qu’ils progressent dans une bonne organisation. Pour le moment, on va travailler sur une durée avec le club qui sera déterminée prochainement. Mais, tout cela demande forcement de la patience.

 
Peut-on avoir une idée sur la durée de votre contrat avec le club ?

 
Non, pour le moment. Ça pourrait être un an, deux ans, ou trois ans, etc… Une année, çà sera insuffisant de former et de constituer une bonne équipe de jeunes. Si tu veux faire un bon résultat, il te faut au moins deux ans, mais pas dans la précipitation.

 
Merci coach, et bonne chance !
Goavec : Merci à vous et bonne continuation.

 
Entretien réalisé par Mohamed Lamine Touré

1 Comment

1 Comment

  1. Dian bhoye diallo

    09/02/2016 at 2:13 pm

    Les guinéens n aiment pas les grands clubs oubien c’est les Grands clubs qui n aiment pas les guinéens?

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *


Les plus lus

To Top