Congrès FEGUIFOOT : l’ultime occasion pour un dénouement heureux ! (Édito)

CONAKRY- Les membres statutaires de la fédération Guinéenne de football retournent à nouveau, ce samedi 06 janvier 2024 aux urnes. Ils devraient élire, si toutes les conditions sont réunies, le comité exécutif ainsi que l’homme qui va trôner sur l’institution, les quatre années à venir. Si l’organisation du congrès est déjà actée et qu’en conséquence, il aura effectivement lieu, en revanche il y a peu de certitudes quant au succès du processus dont on espère pouvoir cette fois aller à terme.

A quelques heures de ce nouveau congrès de tous les enjeux donc, l’organisateur principal du processus se veut rassurant. Il s’agit du secrétaire général d’une institution sans nom, irréprochable jusqu’ici à tout point de vue, le seul rescapé de l’équipe de Mariama Sy, une équipe partie de cette institution avec le remord de la vie de ne pas réussir un retour à la normale. A ce jour, six des huit ligues régionales ont leur président. Les ligues régionales de Labé et de Mamou devraient attendre encore à la suite de l’annulation de leurs votes.

Encore une fois, c’est ce que peut faire l’organisation. Pour le reste, cela relève de l’humeur des acteurs, des intérêts qu’ils défendent obstinément. Le Général Mathurin Bangoura, l’autre candidat éliminé, est clair. Pas d’élections tant que sa liste n’est pas réintégrée avec un nouveau candidat. jure-t-il en substance à qui veut l’entendre . Sa déclaration vaut le poids d’un autre rendez-vous manqué, car il est soutenu par plus de la majorité des membres statutaires.

A cette position s’ajoutent les attitudes très ambigües du Hafia et du Milo, qui ont quitté le camp de Bouba Sampil, l’un des candidats en lice. Pour mesurer l’ampleur de la défection, il est important de préciser, qu’il s’agit de KPC et de Sory Doumbouya qui en sont l’incarnation et qui font planer le mystère sur leurs nouvelles positions.

Pourraient-ils se résoudre au divorce d’avec un candidat qui est leur fabrication ?

Ou bien ont-ils rejoint la dynamique de non élections prônée et assumée par Mathurin et ses soutiens ? Dans l’opinion, on s’interroge dans une ambiance empreinte d’un agacement ceretain. Pour dire vrai, il faut craindre un nouveau fiasco. Car la FIFA, à demi-mot, dans son dernier courrier à l’adresse des autorités guinéennes, a émis le souhait absolu que la Guinée réussisse à conduire le processus à son terme, en vue de l’élection d’un nouveau comité exécutif le 06 janvier, c’est-à-dire demain. Cette insistance de la part de la FIFA veut tout dire. Elle peut paraitre comme une menace à peine voilée sur la participation de la Guinée à toutes les compétitions internationales, à commencer par la CAN, aussi longtemps que la situation va demeurer dans le statu quo actuel.

Néanmoins, on peut espérer avec l’implication des autorités. Non pas celles du département des Sports ou de la primature qui sont inaudibles auprès des acteurs, mais plutôt les autorités à la Présidence qui ont tapé du poing sur la table. Le tout puissant et très craint Secrétaire Général Amara Camara aurait menacé quiconque entraverait le processus. Reste à savoir si cette autre voix pourrait être le dénouement d’une si longue crise. En tout cas, c’est l’ultime occasion.

Lamine Mognouma

Avatar

Lamine Mognouma

About Author

P