Edito

La gestion par procuration du syli par luis Fernández : une grande préocupation de l’heure !!!

Conakry – Sans se donner le temps nécessaire de dissernement , tous  les guinéens , ou presque, ont applaudi la signature de Luis Fernández comme étant le taulier du staff technique du syli national. Au moment des faits, l’homme a été présenté,  comme étant,  la solution des maux qui s’érigeaient   à l’époque (jusque maintenant d’ailleurs), comme un mode de  gestion par excellence du groupe par les entraîneurs qui l’ont précédés.  Alors, son passé de joueur et d’entraîneur en clubs et en équipe nationale  ont été utilisés par ceux qui trouvaient de l’intérêt pour cette signature. Mais à fouiner de plus près,  on se rend compte, que c’est un cheval blanc et que celui qu’on nous a présenté n’était pas cet entraîneur idéal pour notre sélection en reconstruction.
 
 
Entraîneur Nomade confirmé en raison de la foultitude de sélections qu’il à coaché, Luis , depuis bien longtemps, ne répondait plus aux aspirations des patrons de ces clubs ou il est passé.  Éconduit soit par insuffisance de résultat ou/et par incompatibilité d’humeur avec les supporters ou journalistes dans les pays où se trouvent ses clubs, Fernández, en ce temps a été contraint à un recul dans le temps.  
 
Une chose reste évidente,  c’est que,  l’ancien milieu de terrain  de l’équipe de France, ne supportant certainement pas la pression d’une obligation de résultats,  aurait trouvé meilleur ailleurs. Consultant dans les médias , ou on te  tient nullement rigueur.
 
 
Luis, semble aujourd’hui se plaire dans ce métier à RMC et a BeIN Sport, ou  l’essentiel du travail se passe à la maison grâce aux nouvelles technologies de l’information.
 
 
Aller au stade est pour lui, se confondre à son rêve de gamin ; être en contact avec le monde qu’il à épousé  comme il le rappelle dans l’une de ses nombreuses publications.
 
 
L’ancien entraîneur du PSG, ne semble encore une fois, plus être un homme des bancs comme il le fût pendant des années . 
 
Rester confiner à se métier,  ne lui dit plus grand-chose. Il  veut certainement l’exercer accessoirement. 
 
 
Quand il arrive au Maroc après les joueurs et les quitte plus tôt,  n’est-ce pas une pratique  du métier  accessoirement ?
 
Quand il refuse de résider en guinée,  ne ce reste que pour quelques jours, et décide à distance de dicter sa loi sur l’équipe; n’est-ce pas une pratique du métier accessoirement  ? 
 
Quand il dit , dans un ton narquois, qu’avec sa  tablette,  qu’il peut faire une sélection sans se déplacer, ni  aller superviser les joueurs, dénicher de nouveaux pépites et les convaincre à venir jouer pour la sélection,  n’est-ce pas une pratique du métier accessoirement  ?
 
Quand on refuse d’accompagner la sélection locale à la CAN de leur catégorie,  et les ignorer dans son émission qui peut leur faire du bien en terme d’image , à défaut d’être à leurs côtés,  malgré des prouesses qu’ils ont réalisées lors de cette compétition , n’est-ce-pas une pratique du métier accessoirement  ? ???????
 
 
Sous d’autres cieux, par le souci de qualifier le travail ou tout au plus, pour des questions de souveraineté,  Luis ne sera jamais sélectionneur.  Ou peut être qu’il le sera , mais avec une attitude désinvolte  mieux forgée et adaptée à la nouvelle réalité. 
 
 
Qu’il s’informe alors auprès de  Paul Le Guen quand il a tenté cette aventure avec le Cameroun en étant aussi consultant à canal+  et de  Avraham Grant au Ghana qui est consultant de super sports.
 
 
A bon entendeur. ….
A la prochaine !!!!!!
 
 
Lamine Mognouma Cissé
Cliquer pour ajouter un commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Les plus lus

To Top