Syli

Syli national: La Feguifoot manque de vision et de visibilité

Rotterdam – L’élimination du Syli national à la Can 2013 a fait beaucoup de bruits dans le milieu sportif guinéen. Normalement, après un tel fiasco qui a d’ailleurs précédé celui de la Can 2012 où la Guinée n’avait pas dépassé le premier tour de cette compétition, l’on s’attendait à ce que la fédération guinéenne de football prenne cette fois-ci ses responsabilités pour redonner un nouvel élan à l’équipe nationale. Malheureusement, les mauvaises habitudes étaient encore et pour la énième fois au rendez-vous.

 

 

La déroute à Niamey n’a nullement servi de leçon pour insuffler une nouvelle dynamique à l’équipe nationale. La faute à qui ? Au premier responsable de l’institution qui gère le football du pays. L’homme est pratiquement sans vision et il manque clairement d’idées permettant au football guinéen d’aller de l’avant.

 

Les discussions au niveau de la fédération guinéenne de football après l’élimination du Syli national à la Can 2013 se sont entièrement focalisées sur la position du sélectionneur national,  aucun débat constructif orienté vers l’avenir n’a été tenu. Les vrais problèmes à l’origine des échecs à répétition du Syli national n’ont pas été mis sur la table. La seule question qui a dominé les débats étaient celle concernant le maintien ou non de Michel Dussuyer à la tête du Syli national. C’est bien normal et tout à fait logique de remettre en question la position et le fonctionnement d’un sélectionneur après une défaite. Tout comme, il est aussi nécessaire d’aborder les problèmes fondamentaux qui font qu’une équipe nationale ne parvient pas à répondre aux attentes de ses nombreux fans. L’occasion était belle mais elle a été une nouvelle fois et comme toujours manquée.

 

Au lendemain de l’élimination du Syli national, la fédération guinéenne de football a eu une autre occasion pour remobiliser et relancer l’équipe nationale. Le 14 novembre prochain est une date Fifa. La plus part des équipes nationales africaines, européennes, asiatiques et américaines vont disputer des matches amicaux leur permettant entre autres de roder leurs différents systèmes et de tester de nouveaux joueurs. À cette date, tous les joueurs guinéens seront en vacances car la FEGUIFOOT n’a pas pu ou n’a pas voulu négocier un match amical pour l’équipe nationale. Pourtant les dates Fifa sont connues à l’avance. Malheureusement, La FEGUIFOOT n’est pas une institution habituée a fonctionné sur un programme préétabli. À la fédération guinéenne de football, tout se règle à l’improviste et à la dernière seconde. Au début de l’année, la Fifa dévoile toutes ses dates. Pour une fédération professionnelle, c’est à ce moment qu’il faut commencer à négocier ses matches amicaux. Actuellement, nous sommes à la fin de l’année 2012 mais la Fifa a déjà rendu publique ses dates pour les matches amicaux de 2013 et de 2014. L’année prochaine il y aura trois journées Fifa : le 6 février, le 4 juin et le 14 aout. En 2014, il y en aura que deux : le 5 mars et le 13 août.

 

Dans notre dernière interview avec Michel Dussuyer, le Français avait évoqué «une période de flottement» après l’élimination du Syli national comme l’une des raisons qui a empêché la négociation d’un match amical. Au-delà du flottement, il y a carrément un manque de vision et de volonté. Les hommes à la Feguifoot ont passé le plus clair de leur temps à discuter sur le maintien ou non du Français à la tête de l’équipe nationale en perdant de vue qu’il y a de nouvelles échéances qui arrivent et qu’il faut absolument préparer si l’on veut atteindre l’objectif visé. La Guinée a l’ambition de se qualifier à la coupe du monde de 2014 mais le chemin est encore très long. Dans un premier temps, le Syli national doit sortir premier du groupe G composé de l’Égypte, du Mozambique et du Zimbabwe. Le ticket pour le mondial de 2014 ne sera composté qu’après le triomphe de la double confrontation entre le Syli national et une autre équipe qui aura aussi réussi à sortir premier dans son groupe. Pour atteindre un tel objectif, il est fondamental de mettre en place un programme de préparation cohérent et efficace.

 

D’autres équipes africaines engagées dans ces éliminatoires, qui ne disputeront pas la CAN 2013 et qui ne veulent surtout pas manquer deux compétitions internationales d’affilée, se sont rapidement remis au travail après leurs contre-performances. Elles mettront la date du 14 novembre prochain à profit pour remobiliser les troupes et préparer les échéances à venir. Le Cameroun jouera en amical contre l’Albanie, le Gabon sera opposé au Portugal, le Sénégal se déplacera à Niamey pour rencontrer le Niger et l’Égypte, l’adversaire du Syli national dans le groupe G, va se mesurer à la Géorgie à Tbilissi. Pendant ce temps, nos internationaux seront aux arrêts. C’est seulement en février 2013 qu’un match amical est prévu. Qu’est-ce que la Feguifoot a comme programme pour l’équipe nationale pendant la trêve hivernale ? Rien. Cependant, un regroupement pendant cette période aurait été bénéfique pour le Syli national.

 

C’est qui est évident, c’est que tant que le président de la Feguifoot va fonctionner sans un programme adéquat et solide, il n’y aura jamais de résultats positifs. Aujourd’hui, il y a certains anciens internationaux tels que Thierno Barry, Kaba Diawara, AKB, Pablo Thiam…qui ne refuseront jamais d’apporter leurs expertises en qualité de conseillers pour faire avancer les choses si on faisait appel à eux. Mais c’est à la Feguifoot de faire le premier pas. Auront-ils le courage de poser un acte pareil? Rien n’est moins sûr.

 

Tanou

Guineefoot Rotterdam

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Les plus lus

To Top