Nouvelle bannière Guinée Games
groupe guicopres
Interviews

Interview Issiaga Sylla : son but, l’émotion, l’hommage à son père..le latéral se confie (exclu)


CONAKRY– C’est sûrement la semaine la plus sombre pour Issiaga Sylla.

Le mercredi dernier, le latéral gauche du Syli (25 ans, 42 sélections, 1 but) perdait son père Abdoulaye Sylla, des suites de maladie, à Conakry.

Le lendemain, le jeudi 14 novembre, le joueur de Toulouse FC a disputé le match des éliminatoires de la CAN 2021 contre la Mali, sans être au courant que son très chère père n’était plus du monde des vivants. C’était une décision, très réfléchie de la fédération Guinéenne de football en complicité avec sa famille.

Issiaga Sylla, comme le plus souvent, a été actif sur son couloir et a vu le Syli accrocher les Aigles du Mali à Bamako (2-2). C’est seulement dans la nuit du jeudi qu’il a été informé de cette triste nouvelle.

Les yeux pleins de larmes au moment de l’hymne national devant son public, son match, son but inscrit contre la Namibie, en passant par l’hommage rendu à son défunt père, Issiaga Sylla a accepté de nous accorder une interview exclusive.

Sur le décès de son père..

« J’ai perdu mon père depuis le mercredi, mais on ne m’a pas mis au courant. C’était la décision de ma famille et de la Fédération guinéenne de football. On ne voulait pas m’informer pour ne pas me perturber dans la tête parce qu’on avait un match important contre le Mali. Je n’ai été informé qu’après notre match contre le Mali. J’étais très touché par cette triste nouvelle.

Dès l’annonce de cette nouvelle, tous mes coéquipiers, le staff, la fédération, m’ont présentés des condoléances. Je tiens vraiment à remercier la fédération et le président Antonio Souaré qui a beaucoup aidé ma famille dans cette dure épreuve. Ma mère était contente de l’apport de la fédération et des différents soutiens. On a envoyé le corps à Kindia et c’est là-bas que mon défunt père sera enterré.

L’attitude de la fédé de cacher l’info avant le match contre le Mali

« J’ai trouvé cela normal. Vu que j’avais un match capital à jouer. Si j’étais informé j’allais complètement perdre le moral. Vous imaginer c’est quoi perdre un être chèr et de surcroît votre père. C’est très difficile à avaler. Cela pouvait impacter le moral de mes coéquipiers avant le match. Ce qui m’a étonné, le jour du match j’ai parlé avec ma mère, elle ne m’a rien dit. Colmensi de rien n’était »

La réaction dans le vestiaire….

« Non, ils ne m’ont rien dit au stade après le match. Ils avaient même confisqué mon téléphone pour ne pas que je sois informé là-bas. C’est le capitaine Naby Keita qui a récupéré mon téléphone. Sauf quand on est rentré à l’hôtel, on a fini de manger. Après, le président Antonio Souaré est venu m’annoncer la mauvaise nouvelle du décès de mon père. Tout le monde était touché, profondément. Le coach, le staff technique, mes coéquipiers. Tout le monde »

Son moral avant d’affronter la Namibie

« Au début c’était difficile pour moi, moralement. Mais avec mes coéquipiers, c’était un peu facile. J’étais très abbatu moralement. Mais chaque jour mes amis venaient me consoler dans ma chambre. Moi aussi j’ai vu que nous avons un match à enjeu contre la Namibie, il fallait se donner. J’ai dis au coach que je suis prêt et je peux jouer cette rencontre. Je suis au Syli pour une mission, il faut la poursuivre. Le coach a accepté et il m’a titularisé. Cela m’a donné de la force avant le match car il fallait aussi rendre hommage à mon père.

Son but, l’hommage, la célébration….j’ai failli pleurer

« On avait décidé que n’importe quel joueur qui marquerait contre la Namibie, on allait rendre hommage à mon père. Le premier qui va marquer. Et Dieu merci, c’est moi-même qui ai marqué en première position. J’étais très ému. J’ai même failli pleurer.

Mais je savais que je jouais un match spécial ce jour. Quand j’ai marqué, j’étais encore dans l’émotion pendant 5 minutes. Mais c’est la vie. J’ai célébré mon but en rendant hommage à mon père, j’avais préparé un t-shirt spécial pour ça. Et Dieu Merci. Je sais que là où mon papa est aujourd’hui, il est content de moi. Et je ne l’oublierai jamais dans ma vie.

Le message fort d’AKB avant la Namibie

Issiaga Sylla en larmes


« AKB m’avait dit de jouer ce match pour mon père. Il m’a dit, tu as tout fais pour ton père, pour finaliser tout, c’est ce match. Tu dois être fort. Fais un grand match pour ton défunt père. Ces mots m’ont vraiment aidés à me donner à fond de plus en plus dans ce match. Dès que j’ai marqué le but j’ai pensé aux messages d’AKB. J’ai trouvé qu’il avait vraiment raison. AKB a toujours été là pour moi, que ce soit dans les moments de bonheur où de malheur. Si je suis à ce niveau aujourd’hui, c’est grâce à lui. Donc je lui dois beaucoup »

Et le soutien de Toulouse FC

« La fédération a envoyé un message à mon club, pour les informer de cette nouvelle. Après le match, le Directeur de Toulouse m’a appelé pour d’abord me féliciter pour match, avant de présenter les condoléances de l’ensemble du club. J’ai reçu aussi beaucoup de messages de compassion de la part de mes coéquipiers à Toulouse FC. Le coach aussi m’a écrit, j’ai aussi reçu le message de soutien de tous les supporters de mon club. J’étais très touché et je tiens à les remercier tous.

Le dernier message pour son père..(en pleurs)

« Que le tout puissant lui pardonne et que le paradis soit sa dernière demeure. Papa, sache que je t’aime et je t’aimerai à jamais. Tu seras dans mes pensées chaque jour que Dieu fera.

Interview réalisée par Mohamed Lamine Touré

Cliquer pour ajouter un commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les plus lus

To Top