Uncategorized

Le scenario incroyable fatal pour le syli cadet : L’entraineur, le principal coupable!!!

Conakry– Après un premier tour quasi-parfait, dans un groupe ou le contraire de leur qualification allait être la plus grande surprise désagréable, les cadets guineens ont tenu leur rang de favori en se qualifiant en demi-finale de la CAN U-17 au Gabon.

L’entraineur a semblé vite absorber cette qualification pour apparemment se consacrer sur l’avenir de son équipe , préparer sa demi-finale.

Cette détermination de Souleymane Camara Abédi qui a été pourtant  beaucoup appréciée, n’était malheureusement que l’expression de ses bonnes intensions en déphasage total avec ses capacités à mener son équipe à la victoire finale comme il le claironnait.

Au delà du scenario incroyable peu honorable des tirs au but qui a été fatal pour le syli cadet, l’équipe n’a pas existé sur le terrain.

Trop de déchets techniques, manque de concentrations. Tout cela est sans doute symptomatique du discours à défaut de l’entraineur qui devait être le plus grand stimulant.
Abedi laisse entendre que ses jeunes , sont ses enfants, pour leur avoir tirer du néant afin de leur montrer le chemin du continent .

Peut-être vrai, mais les guinéens n’avaient plus d’appétit pour des qualifications à la CAN et à la coupe du monde, pour la simple raison qu’ils l’avaient célébrée deux ans plutôt.

Avec le talent qu’il a regroupé et les moyens de préparation sans égal mis à sa disposition, l’ancien entraineur du FC Séquence, s’il n’avait pas été trompé par ses compétences questionnables à satisfaire ces genres d’ambition, j’allais dire , si les guinéens y compris leurs dirigeants de football n’avaient pas eux aussi été grugés par ce « rédempteur » dont il se faisait passer, rentrer en Guinée avec le trophée ne devrait subir d’aucun obstacle majeur.

A défaut d’avoir des compétences locales qui vont permettre au football de rentrer à nouveau dans le cercle des nations qui sont avide du trophée, et qui en collectionnent à satiété, il faut aller les trouver ailleurs.

Au  prochain coup de gueule.

Lamine Mognouma Cissé

Cliquer pour ajouter un commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Les plus lus

To Top