Uncategorized

Après le stage de Bobo, les organisateurs et les participants parlent

 

Marseille – Le stage initié par le Coordinateur sportif du Syli national, Dian Bobo Baldé a pris fin samedi 20 juillet au sud de la France. Quatre vingt sept joueurs guinéens vivant un peu partout en Europe occidentale avaient répondu a l’appel lancé par l’ancien international guinéen, assisté par son aîné en équipe nationale, Abdoul Karim Bangoura “AKB”.

 

Après trois jours d’entraînements, le co-entraineur de Fréjus – Saint-Raphaël, Charly Paquille et le nouveau coach de l’équipe jeune de Bradford City en Angleterre, Moussa Thea ont sorti une équipe composée de 23 joueurs qui a disputé un match amical perdu sur le score de 3-0 face à Colomiers, un club qui joue en national.

 

Quelques heures après la fin de ce stage, de fausses informations ont été rapidement répandues sur le net dans le but de jeter le discrédit sur les personnes à l’origine de cette initiative. Un pseudo-journaliste en mal d’inspiration n’a pas hésité un seul instant à traiter Bobo et ABK d’escrocs. D’habitude, quand il y a des polémiques stériles provoquées par des gens sans aucune compétence journalistique, Guineefoot ne se mêle pas.

 

Cependant quand des mensonges sont écrits sur des gens dont le seul souci est d’aider au rayonnement du football guinéen, il est de notre devoir de remettre les choses à leur place. C’est plus facile de se faire appeler journaliste que de l’être. Tout le monde écrit mais tout le monde n’est pas journaliste. Quand on ne connaît pas les règles les plus élémentaires de ce métier, vaut mieux aller voir ailleurs. Un compte rendu sans sources, n’est pas crédible. En lisant ce qui a été écrit par rapport à ce stage, il n’y avait nul part un propos attribué à x personne. Devant les professionnels, un écrit pareil n’a aucune valeur journalistique.

 

Est-ce que ce journaliste connaît réellement la signification du mot escroquerie? Je m’en doute. Une personne investit des milliers d’euro pour regrouper 87 joueurs à ses frais pendant une semaine et tu lui traites d’escroc. Les joueurs étaient nourris et logés dans un hôtel 3 étoiles. Il loue deux terrains d’entraînements. Un bus est mis à disposition pour assurer toute la journée la navette entre le lieu d’hébergement et l’hôtel. Qu’est ce que Dian Bobo a gagné après ce stage? Rien. Moi j’entraîne une équipe semi-professionnelle là où tout le monde est sous-contrat mais on n’est jamais logé dans un hôtel où le confort est aussi présent”, déclare Charly Paquille, co-entraineur de Fréjus – Saint-Raphaël. “Personnellement, j’ai laissé mon boulot pour venir soutenir Bobo dans ce projet. Parce que je suis Guinéen et que j’ai envie que les choses avancent. Quand ce genre d’initiatives donne de résultats, c’est toute la Guinée qui gagne”.

 

Ce genre de sabotage nous motive davantage. Ni moi, ni Bobo ne va baisser les bras. Nous allons continuer pour avancer. Cette fois-ci l’idée de Bobo était de répertorier tous les jeunes joueurs guinéens. Je pense qu’à ce niveau, nous avons réussi et maintenant si certains jeunes arrivent à travers ce stage à trouver un club, c’est un bonus. Je vous assure que Bobo a énormément investi pour la réussite de ce stage. Idem que moi et d’autres qui nous ont soutenu. Notamment Ousmane Youla et sa femme à Toulouse que je tiens d’ailleurs à remercier. J’ai reçu plusieurs coups dans ma vie, ce n’est pas ce genre d’action malhonnête qui va m’arrêter. Ce qui me réconforte, ce sont les messages de remerciement que je reçois de tous ces jeunes qui étaient avec nous pendant le stage.”, souligne AKB.

 

Effectivement, nous avons joint certains jeunes qui ont participé à ce stage pour rectifier les mensonges véhiculés. Le premier jeune que nous avons pu contacté est très satisfait de cette première expérience qu’il vient de vivre. Amadou Diallo “Robinho” n’arrive pas à contenir sa joie. “C’est comme si on était dans nos clubs. Je trouve qu’il y a des gens qui exagèrent. Même l’équipe nationale n’est pas mis dans des conditions pareilles. J’ai appris d’un gars qui assurait notre sécurité que Dian Bobo a dépensé plus de 35 000 euro, rien que pour l’hôtel. La seule chose que j’ai déploré, c’était le mauvais comportement de certains jeunes joueurs à l’hôtel. D’ailleurs cela a poussé, le joueur de Nantes, Ibrahima Baldé a quitté le stage 2 jours après son début. Mamadou Barry qui joue avec la réserve du Standard de Liège était aussi très dégoutté. Sinon du point de vu organisation tout était nickel”, affirme Robinho.

 

Même son de cloche chez Mohamed Touré. “J’ai bien aimé le stage. J’ai eu de bons retours de la part de tout le monde. Nous avons tous été remboursé, ça s’est passé devant moi. Certainement d’autres étaient mécontents du fait qu’ils n’étaient pas sélectionnés. Je trouve qu’ils sont de très mauvaise foi. Le stage a été gratuit. Il n’y a pas un seul joueur qui a quitté sans avoir reçu son argent. J’étais énervé quand j’ai appris ce mensonge. Ça ne fait que ralentir la Guinée. Personne na été bloqué à Marseille. C’est impossible à croire. C’est un mensonge pur. Dieu voit tout et il paiera. Il ne faut pas décevoir Bobo et les autres. Pendant une semaine, il a tout pris à ses frais. Je ne comprend pas pourquoi ils veulent le casser” déplore le jeune gardien de but guinéen.

 

Mohamed Sylla qui doit en principe intégrer l’équipe U-17 du PSG, n’a de son côté constaté aucune faille dans l’organisation. “On n’était bien pris en charge. On ne manquait de rien. C’était très bien organisé. Moi je n’aurai jamais réclamé de l’argent même s’il ne me donnait rien. Ce qu’il ont fait, c’est du grand. Nous sommes tous rentrés chez nous, il n’y a personne qui est resté bloqué à Marseille”.

 

Mamadouba Camara formé à Clermont-Ferrand est aussi remonté par rapport à ce qu’il a appris. “Si on boycotte ce genre d’initiative, il n’y aura pas d’autres opportunités à l’avenir. J’ai fait un très bon stage. C’était bien organisé. On na rien déboursé nous. Tout était à la charge de l’organisateur. En fait, l’organisateur a remis de l’argent à tout un chacun pour qu’il rentre chez soi. Comme il est arrivé plus de monde que prévu, les organisateurs ont pris nos contacts pour nous virer de l’argent cette semaine. C’est à ce niveau que certains ont crée la confusion. Ils ont sorti cette information parce qu’ils n’étaient pas sélectionnés”.

 

Justement, s’agissant des 23 joueurs qui ont été au final retenu par les deux entraîneurs, Moussa Thea nous a fait savoir que les choix ont été faits de façon impartial. “Nous avions sous la main 87 joueurs. En trois jours, il fallait mettre une équipe en place. Le temps était court. On ne connaissait que Fodé Mansaré, Karba Bougoura et deux autres joueurs. On a pris ceux que nous avons estimé être meilleur à leur poste. On n’a pu se tromper sur certains comme on n’a pas eu le temps de les observer longtemps. Mansaré et les autres ont été retenus pour encadrer et faire passer un message aux jeunes. C’est ce qu’ils ont fait. Ils se sont mis à notre disposition et ils se sont entraînés comme tous les autres. Personnellement, j’avais juste voulu donner un coup de main aux organisateurs”, nous a confié Moussa Thea.

 

Tanou Diallo

 

 

 

Cliquer pour ajouter un commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Les plus lus

To Top