Nouvelle bannière Guinée Games
groupe guicopres
Edito

Bouba Sampil pour la présidence de la FEGUIFOOT : l’heure de la revanche pour un candidat…

CONAKRY– En début de semaine, Bouba Dinah Sampil a dévoilé ses intentions à propos de sa candidature pour le poste de Président de la FEGUIFOOT. Cette annonce pour le moins surprenante du Président de l’ASK, agite sans doute les milieux du football guinéen.

Les acteurs concernés par le processus de désignation du patron du football du pays, pour l’heure, auront à trancher entre ces deux personnalités aux traits de caractère similaires pour leur vécu et leur passion pour la chose du football.

D’abord, ils sont tous des grands mécènes qui ont donné de leurs avoirs à des moments cruciaux, pour faire circuler le ballon dans les enceintes des Ligue1 et 2.

Puis, ils sont aussi des dirigeants de football qui trônent à la tête des grands clubs du pays.
Mais à la différence de Bouba Sampil qui fait dans le clinquant, le spectaculaire et même dans le charivari, Antonio Souaré, lui, a su transformer le Horoya AC dont il a fait un club qui tutoie, depuis bientôt quatre ans, le sommet du football africain avec une présence quasi permanente dans les rendez-vous prisés du continent.

Quoiqu’en faisant une rétrospection de la gestion du patron de Guinée Games,on est obligé d’admettre qu’elle n’est pas si reluisante. Tout au contraire, elle a par moment été entaché de faits troubles qui ont écorné l’image du football guinéen et au-delà celle du pays tout simplement. Il s’en suit qu’on n’aurait des raisons de s’inquiéter quant à son plébiscite. Mais en réalité, il n’y a aucune crainte.

Car malgré tout, deux faits majeurs font pencher les chances de son côté pour son maintien.

Primo : la réputation empreinte d’anar du seul adversaire qui se soit pour le moment déclaré, en l’occurrence Bouba Dina Sampil. La gestion de l’ASK par celui-ci est en cela une parfaite illustration .

Secundo : le caractère perfide et mercantiliste des membres statutaires, qui pour la plupart, ne jurent que par l’argent. Des projets portés par les candidats ou la réputation de ceux-ci, ils n’en ont cure.

Hélas. Comme ils l’ont démonté par le passé, ces faiseurs de rois sont tout simplement favorables aux mieux offrants.

GUINEEFOOT.INFO

Cliquer pour ajouter un commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les plus lus

To Top
P