Edito

L’heure de la vérité et de la responsabilité après l’ élimination de la Guinée. (ML Touré )

Conakry– L’espoir de voir la Guinée se qualifier pour la prochaine CAN Gabon 2017 s’est effiloché ce dimanche 5 juin, après la défaite du Syli (0-1) devant le Swaziland à Mbabane. Qui l’eut cru ! Qui aurait imaginé que le Swaziland classé 117éme nation FIFA au monde et 34éme en Afrique pouvait ridiculiser la Guinée en aller retour (2-1, 1-0) ? Qui croyait que le Zimbabwe 115éme au monde et 32éme sur le continent allait se qualifier à la CAN au détriment du Syli (9éme Afrique, et 55éme mondial) ? Comment expliquer cette hécatombe, cette désillusion, cette humiliation,  j’en passe…
L’heure de la vérité a sonné et la responsabilité est partagée.
 
Face à une fédération moribonde et laxiste, le football ne peut que s’enfoncer.
 
 D’abord, comment recruter en catimini un sélectionneur qui ne connais pas ses joueurs, qui ne vient en Guinée que pour disputer les matches. C’est bien le plus mauvais choix , donc la plus grande bavure sportive commise par un Président de la fédération d’alors,  dont le loisir était d’être entre les avions et tant pis pour  le football guinéen qui en a fait les frais.
 
Fernandez, l’homme que la Guinée n’oubliera jamais.
 
Pour avoir plongé la Guinée dans le noir pendant son passage sur les bancs du syli ( 4 matches en éliminatoires, 1vicoire, 2 nuls et une défaite, 4buts marqués et 4 encaissé), les guinéens ne pouvaient espérer d’une qualification. Cet entraineur-consultant-animateur-conseiller n’avait-il pas dit un jour « même dans ma chambre d’hôtel et à travers ma tablette, je peux composer l’équipe de la Guinée » Quel entraineur pour quel mode de travail  !!! 
 
 Les joueurs guinéens, des « petits » professionnels .
 
A chaque sélection de joueurs pour un match, on assiste à un concert de défections. Si Kevin  Constant s’en est illustré de la manière la plus lancinante, il en a eu des complices aussi impénitents . Tout ça, sous le regard jusque là complice de la fédération.   Difficile de corriger ce déconvenue, car les dirigeants et les entraîneurs,  n’en n’ont prévus et l’intégrer comme un mode de gestion du groupe.
 
Lappé intérimaire, un cadeau empoisonné.
 
 
Nul n’a le droit d’associer cette élimination à l’avènement de Lappé comme sélectionneur intérimaire. Avec le temps et les moyens , l’homme pouvait, je n’en doute nullement, rééditer l’exploit du CHAN avec l’équipe locale .
 
L’ancien coach du Horoya et de l’ASK ne pouvait espérer mieux, avec des joueurs qu’il na pas lui-même sélectionné. Surtout qu’il est arrivé à quelques jours seulement avant cette rencontre contre le Swaziland.
 
En dépit de tout, j’espère , que le coach local , devrait être confirmé à ce poste afin de continuer à  renaitre l’espoir chez les férus du football guinéen.,  quand à la promotion du footballeur local.
Il est temps, grand temps, de songer à changer de méthodologie de travail des instances dirigeantes du football Guinéen. 
 
En clair, cette élimination est tout sauf une surprise. Le comité de normalisation est déjà avertit.
 
Mohamed Lamine TOURE
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Les plus lus

To Top