Edito

Siaka pourra-t-il déloger les démons du Stade de Nongo ?

Nul besoin de réveiller les démons du Stade Nongo ou de sonder la fin de leur sommeil profond : ce joyau architectural demeure impraticable et dégradant!

Inauguré il y a quatre ans, le Stade de Nongo n’est toujours pas homologué par la Fifa. Et pour cause, de par l’irresponsabilité des autorités sportives guinéennes, le stade ne répond toujours pas aux normes internationales.

Le weekend dernier, les supporters guinéens ont appris, sans surprise, la nomination d’un nouveau ministre des Sports, le quatrième depuis la remise des clés de ce nouveau Stade de Nongo par les Chinois aux autorités guinéennes.

C’est un truisme de dire que les ministres précédents (Titi CAMARA, Bantama SOW, Domani DORÉ) n’ont jamais réussi à rendre ce bijou opérationnel, malgré leurs multiples serments. Avec autant de promesses non-tenues et de semblants d’efforts, on ne peut que souhaiter la finition de ce complexe pour le plus grand bonheur du public sportif guinéen.

Mais, soyons clairs. La bonne volonté raccourcit le chemin.

Alors, lequel de nos dirigeants sportifs (actuels ou futurs), pourra donc rendre ce stade opérationnel?

Pourquoi diable tant de méandres volontés? Ces ministres auraient mieux valu, pour ne pas décevoir leurs compatriotes, ne rien promettre.

Quand “la montagne accouche d’une souris”, peut-on entendre dans les bars de Nzérékoré. “Ce stade ne m’inspire que de tristesses” regrette Faya, en sirotant son thé matinal. À quoi bon avoir un stade flambant neuf, s’il est inutilisable ?

Quant au nouveau ministre des Sports, de la Culture et du Patrimoine historique, Siaka Barry, il a énuméré ses priorités en misant sur l’amélioration des infrastructures sportives et l’opérationnalisation immédiate du stade de Nongo afin qu’il puisse accueillir les matchs internationaux. Qui vivra verra.

En attendant, souhaitons la Guinée de demain, celle qui se dessine sous les yeux de sa jeunesse, qui développe de plus en plus ses attentes et ses ambitions de grands chantiers d’infrastructures sportives adéquates, qui changeront, on l’espère, les performances du pays à l’échelle mondiale. Des exploits qui redonneront à la patrie de Feindouno son lustre d’antan. En quête, assurément, du temps perdu. Tout un challenge !

Depuis son appartement californien, un Guinéen, Moussa, exprime son rêve, devenu presque rituel. Entrepreneur, jovial, multilingue, sportif et fervent supporter du Syli national, Moussa prie pour que l’Omniscient Allah guide nos dirigeants sur le bon chemin: “Afin qu’ils comprennent les besoins réels du peuple…” conclut-il. Amen.

Cependant, les grenouilles, chats et démons du stade du Nongo sommeillent, ronflent et se réveillent, tranquilles. Siaka pourra-t-il les déloger ?

Moysekou,

BRUXELLES― Lun. 11 Jan. 2016 ―BE

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Les plus lus

To Top