Nouvelle bannière Guinée Games
CAN

Syli National : « Qu’on arrête de croire qu’on va gagner tous les matchs »

Conakry – Guineefoot donne la parole aux acteurs politiques guinéens afin d’avoir leurs opinions sur la participation du Syli à la CAN 2015. A cet effet, le Ministre de l’Enseignement Technique et de la Formation Professionnelle, également porte parole du gouvernement a accepté de nous accorder une interview.

 

 Guineefoot : Dans quelques jours le Syli sera sur le champ de bataille en Guinée-Equatoriale pour la CAN. Ici en Guinée c’est l’effervescence derrière l’équipe. En tant que politique quelle lecture en faites vous ?

 

Albert Damantang Camara : ‘’ Vous savez, on n’a un peuple qui est très sportif et particulièrement très versé dans le football donc, chaque fois qu’il y a un match que ce soit la Guinée ou d’autres matchs à portée internationale, tout le monde est intéressé. Il y a beaucoup d’excitations. C’est en ce sens là que cela ne m’étonne pas qu’une bonne partie de la population, notamment jeunes mais également adultes soient en effervescence par rapport à la participation de nos deux équipes nationales à ces compétitions africaines. Ça prouve aussi que les Guinéens sont capables de se réunir autour de l’essentiel. Quand je vois la ferveur de nos supporteurs, l’enthousiasme qu’ils ont et l’espoir qu’ils placent en nos deux équipes, je me dis que quand c’est nécessaire, on sait se réunir autour des choses essentielles.’’

La Guinée a pour adversaires la Côte-D’ivoire, le Cameroun et le Mali. Pensez-vous que le Syli à une chance de passer le premier tour ?

‘’ Si je veux être raisonnable et franc avec moi-même, ça va être difficile. La Côte d’Ivoire même si les derniers matchs amicaux qu’elle vient de jouer n’ont pas montré grand-chose, elle reste quand même une grande équipe avec des joueurs qui chacun pris individuellement peuvent faire la différence. Les autres équipes comme le Cameroun, on sait ce qu’il a fait pendant les éliminatoires. Eux aussi sont une valeur sûre et montante. Le Mali est également une équipe qui a l’habitude de nous battre ; donc ces trois adversaires sont très coriaces. C’est là où j’ai un peu peur parce qu’il va falloir accomplir trois exploits consécutifs. On en n’a fait un en éliminatoire contre le Togo. Je ne suis pas sûr qu’on puisse le faire trois fois de suites. Mais on n’a des jeunes insoucieux, donc ils vont jouer libéré et c’est là où j’ai un peu d’espoir.’’

 

Le Président de la République Alpha Condé a affirmé que si le Syli était éliminé tôt de la compétition, que ce ne serait pas un problème. Le plus dur ayant été l’obtention de la qualification dans les conditions que l’on sait. Pourtant le peuple rêve de voir son équipe ramener le trophée. Que pensez-vous de cette déclaration ?

 

‘’ C’est le message d’un homme qui est réaliste. C’est aussi le message d’un manager qui a appris qu’il ne faut pas mettre trop la pression sur les joueurs. En tant que responsable il ne peut pas faire de déclaration on va dire populiste juste pour satisfaire l’égo des gens, en même tant il est obligé d’éviter de mettre la pression. Je crois qu’il a dit les choses qui paraissent évidentes à tout le monde. La Guinée, il ne faut pas l’oublier a déjà accompli un très grand exploit avec la qualification de ces deux équipes. Je pense que c’est déjà beaucoup.’’

 

Toute la Guinée est mobilisée derrière le Syli, n’est ce pas là une belle leçon que le football donne à la classe politique ?

 

‘’ Ah oui ! Ça vous avez parfaitement raison de le souligner. Lorsqu’on est engagé dans une compétition internationale on doit être capable de faire front. Lorsqu’on n’est engagé devant une menace nationale on doit également être capable d’y faire front notamment contre Ebola.’’

 

Certains supporters sont devenus septiques après la lourde défaite en amical contre le Sénégal (5-2), que leur répondez-vous ?

 

‘’ C’est ce que je vous disais en début d’interview, quand on voit nos adversaires et que l’on prend cinq buts au cours d’un seul match, il y a de quoi à s’inquiéter. Mais nous espérons que c’est un accident de parcours puisque ce n’était que des réglages et que à la faveur de l’enjeu et de l’extraordinaire foi et d’optimisme de nos jeunes, ils vont pouvoir rétablir les choses lors des matchs à venir notamment le premier contre la Côte d’Ivoire.’’

 

Vous avez suivi l’année dernière quelques matchs du championnat national, comment avez-vous apprécié le niveau ?

 

‘’ C’est un niveau moyen, mais vous savez tant qu’on n’aura pas commencé notre politique de formation en Guinée on n’y arrivera pas. On commence déjà à rétablir un certain nombre de choses avec le championnat qui commence à prendre une tournure presque professionnelle avec des gens qui investissent dans des équipes et ça c’est très important. C’est un point positif et il faut que ça soit encouragé. Ensuite il faut la formation, il n’y a pas de secret. Toutes les équipes qui arrivent dans les derniers carrés finaux des compétitions africaines sont des équipes qui ont des traditions de centres de formation dans leurs pays depuis des dizaines d’années. Vous prenez la Côte d’Ivoire, le Mali, le Sénégal, ils ont des centres de formation depuis plusieurs années. Nous nous venons de commencer avec Aboubacar Titi Camara qui a un centre de formation, il y a également Antonio Souaré du Horoya qui a son centre de formation et d’autres encore. Quand vous voyez la maturité qu’ont nos jeunes dans les quartiers, avec le minimum d’encadrement, la Guinée dans quelques années sera un pion essentiel du football continental mais également international.’’

 

Peut-on savoir le club que vous supportez en Guinée et à l’étranger ?

 

‘’ Je suis à Coléah, moi mon club c’est l’Athlético de Coléah. A l’international, c’est l’Olympique de Marseille, j’ai toujours aimé ce club là et ça se limite à ça.’’

 

Votre mot de la fin pour clore cette interview accordée à Guinéefoot.info

 

‘’ Bonne chance au Syli national, beaucoup d’indulgence à nos supporters. Qu’on n’arrête de croire qu’on doit gagner tous les matchs. En face de nous, il y des adversaires valeureux également. La défaite est envisageable.’’

Aliou Chérif (+224) 623 72 58 57

Cliquer pour ajouter un commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Les plus lus

To Top