Uncategorized

Tom Saintfiet : «Un entraineur de haut niveau n’est pas celui qui travaille au Real Madrid ou en Argentine »

Bruxelles– Candidat au poste de sélectionneur national de Guinée, le Belge Tom Saintfiet était présent au siège de la Fédération Guinéenne de Football le 27 décembre dernier  pour donner des explications approfondies sur sa candidature. En faisant une comparaison entre le profil de Tom Saintfiet et ceux des autres candidats, nous avons écrit dans l’une de nos précédentes publications que « si l’objectif était de trouver «un entraineur de haut niveau », le Belge Tom Saintfliet, n’aurait jamais reçu une convocation pour la simple raison qu’il n’a jamais été un footballeur ou un entraineur confirmé, ni dans son pays d’origine, ni ailleurs». Le technicien Belge n’est pas d’accord avec nous et il l’a fait savoir.

 

Bonsoir Monsieur Tom, vous voulez réagir par rapport à un article que nous avons publie récemment concernant les différentes candidatures au poste de sélectionneur national de Guinée. Nous avons dit entre autres que vous n’avez pas été un grand footballeur ni un grand entraineur. Vous voulez apporter un démenti. Quels sont vos arguments?

 

Tom Saintfiet : Je suis le seul entraineur qui a travaillé avec cinq pays africains comme sélectionneur national  et je n’ai que 40 ans. Partout où je suis passé, ils sont très contents et j’ai des bons contacts avec tout le monde. J’ai même eu des lettres de recommandation de ces présidents de Fédération. J’ai fait des bons résultats avec L’Éthiopie. Je suis le plus grand entraineur  dans l’histoire de la Namibie. Partout où je suis passé, j’ai bien travaillé. J’ai seulement 40 ans, mais déjà j’ai 17 ans d’expérience comme entraineur. J’ai travaillé avec 5 équipes nationales et j’ai qualifié aussi les U17 du Qatar en coupe du monde en 2004 et j’ai gagné avec cette équipe la médaille de bronze en coupe d’Asie. En plus, j’ai gagné en 2012 la CECAFA (Une compétition qui oppose les équipes d’Afrique Centrale et ceux de l’Est, ndlr). Je pense aussi que j’ai l’expérience, mais surtout je connais bien le football africain.

«L’équipe que je vais former sera composée aussi bien par des joueurs locaux que par les professionnels»

Depuis 6 ans j’habite en Afrique. Si je suis choisi comme sélectionneur national de la Guinée, je vais vivre à Conakry. Chaque semaine je compte assister à  5 ou 6 matches de la Ligue1, mais aussi des autres divisions, parler avec les entraineurs locaux pour pouvoir travailler ensemble. Je vais développer le football de la Guinée. Mon objectif ne sera pas simplement de travailler avec les seuls joueurs qui évoluent en Europe. Actuellement, j’ai une liste de plus de 120 joueurs guinéens, pas seulement ceux qui jouent en Europe. Les joueurs locaux seront aussi une priorité pour moi parce qu’il y a des joueurs de qualité qui évoluent dans le championnat national de Guinée. L’équipe que je vais former sera composée aussi bien par des joueurs locaux que par les professionnels.

 

Aussi je donnerai des cours aux entraineurs qui sont à l’intérieur du pays. J’ai travaillé comme ça en Ethiopie, au Malawi et partout où je suis passé et j’ai des bons résultats. Je suis sûr que la Guinée a une équipe qui doit se qualifier à la CAN 2015, pourquoi pas remporter la compétition à l’image de la Zambie en 2012. Pour moi, la Zambie n’a pas plus de joueurs de qualité comme la Guinée. Je suis sûr que la Guinée peut jouer les demi-finales de la CAN 2015, et avec un peu de chance la remporter. C’est ça mon ambition et je pense qu’avec mon expérience et ma formation, je peux aider la Guinée pour la CAN 2015 et pour le futur.

 

«Arrigo Sacchi, Benites, José Mourinho, Leo Beenhakker, Villas Boas, n’ont jamais joué le football professionnel…»

 

Guineefoot : Nous avons écrit que vous n’êtes pas un coach de haut niveau parce que dans votre CV on n’a pas vu le nom d’un grand club européen ou le nom d’une grande équipe africaine. Est-ce que vous voulez dire que nous nous sommes trompés?

 

Tom Saintfiet : Un coach de haut niveau ne veut pas dire que vous avez travaillé avec une grande équipe. Je connais beaucoup de coaches qui ont travaillé avec des grandes équipes en Europe mais qui ne sont pas de haut niveau. Je n’ai pas été un grand footballeur mais ce n’est pas important. Arrigo Sacchi, Benites, José Mourinho, Leo Beenhakker, Villas Boas, n’ont jamais joué le football professionnel, mais ce sont les plus grands entraineurs au monde. Herve Renard est un bon entraineur, mais avant de venir en Afrique il n’avait pas travaillé en Europe avec un grand club, c’est pareil aussi pour Troussier, Rajevac et Dukjovic. Les grands noms comme Lagebäck, Erikson, Le Guen, Carlos Alberto Pereirra, n’ont rien prouvé. Un bon entraineur ne doit pas être forcement une personne qui a été un grand joueur.

Mon objectif n’était pas de faire carrière en Europe, c’est pourquoi je suis parti à l’âge de 35 ans en Afrique. J’aime le football africain et je pense que ma vie et mon futur se trouvent en Afrique. J’ai eu plusieurs possibilités de travailler avec des équipes européennes, mais j’ai dit non parce que je veux travailler en Afrique. En 2012 je suis devenu le directeur technique au Nigeria parce que la Fédération avait dit qu’elle avait besoin d’un local comme sélectionneur national. Je répète qu’un entraineur de haut niveau n’est pas celui qui travaille au Real Madrid ou en Argentine. Un entraineur de haut niveau c’est celui qui a une bonne éducation, une expérience, une motivation et qui a un plan pour travailler.

 

« Mon ambition, ce n’est pas l’argent, je viens en Guinée pour gagner quelque chose»

 

Guineefoot : Qu’est ce qui vous fait le meilleur candidat au poste de sélectionneur national de Guinée?

 

Tom Saintfiet : Je pense que tous les autres candidats sont des bons entraineurs, j’ai du respect pour tout le monde parce que nous avons tous des qualités. Il y a beaucoup d’entraineurs qui peuvent travailler avec la Guinée mais je pense que c’est très important que l’entraineur vive en Guinée et qu’il veuille travaille ensemble avec le peuple, avec la Fédération, le directeur technique et les entraineurs locaux. On ne gagne pas seul mais on gagne ensemble. Je pense que j’ai un bon profil pour être sélectionneur.

Mon ambition, ce n’est pas l’argent, je viens en Guinée pour gagner quelque chose. Je veux gagner parce que je suis jeune et dans le futur je veux qualifier la Guinée à la coupe du monde. La Guinée doit trouver un entraineur qui est motivé et qui veut gagner quelque chose. Un entraineur qui n’est pas motivé, n’est pas bon pour la Guinée. On ne doit pas choisir un entraineur avec une grande histoire mais plutôt un entraineur avec un grand futur. Mais comme je l’ai dit, tous les entraineurs qui sont dans la présélection, sont des bons entraineurs.

 

Guineefoot : Avez-vous un profil meilleur que celui de Michel Dussuyer, Pierre Lechantre, Otto Pfister ou Hugo Broos, votre compatriote?

 

Tom Saintfiet : Je ne veux pas réagir sur cette question. J’ai ma personnalité et j’ai mon plan et j’ai expliqué mon plan à la Fédération et au ministère. Partout où j’ai travaillé, je suis allé au bout de mon contrat, je n’ai jamais été licencié. Je suis un jeune très ambitieux et qui veut travailler avec beaucoup d’énergie et beaucoup de motivation. Ce n’est pas mon job de dire que monsieur Dussuyer, Hugo Broos ou les autres ne peuvent pas faire le travail. Je suis un entraineur très convaincu de mes qualités et je suis sûr que je peux donner à la Guinée quelque chose d’extra. Les gens diront que je suis un mauvais coach quand je ne réussirai pas à qualifier la Guinée à la CAN 2015 ou aux demi-finales de cette compétition. Pour l’instant, personne ne peut dire que Tom est un mauvais entraineur.

 

« …c’est important de trouver des joueurs qui sont motivés à donner quelque chose d’extra ».

 

Guineefoot : Vous voulez être sélectionneur national de la Guinée, connaissez vous bien les joueurs qui composent cette sélection?

 

Tom Saintfiet : Je suis tout le football en Europe et quand j’ai été en Guinée, j’ai assisté au match de Ligue1 qui opposait l’AS Kaloum au FC Santoba. Et comme je l’ai dit, j’ai une liste de plus de 120 joueurs guinéens qui évoluent en Europe, en Afrique et en Asie. Je connais toutes les qualités des joueurs guinéens mais c’est important de trouver des joueurs qui sont motivés à donner quelque chose d’extra. Le joueur doit être bien pour la tactique, avec des qualités et une motivation pour le pays.

 Jouer pour son pays est un honneur, c’est quelque chose d’extra. Je connais tout naturellement les joueurs guinéens qui jouent en Belgique, en France et en Italie. C’est moi qui avais parlé à Dussuyer de Lanfia Camara quand il jouait à Woluwe. J’ai maintenant une liste des binationaux qui jouent en Belgique mais qui n’ont pas encore joué pour la Guinée. Je connais bien les joueurs guinéens, mais si je donne maintenant les noms, ce n’est pas professionnel, ce n’est pas le job d’un futur sélectionneur.

 

Guineefoot : Dans quelle situation avez vous décidé d’être candidat pour succéder à Dussuyer au poste de sélectionneur national?

 

Tom Saintfiet : Quand j’ai joué contre la Guinée en étant sélectionneur de l’Ethiopie, j’étais très impressionné. L’équipe est très forte. En plus, le peuple guinéen aime le football. Cette fois-ci, c’était ma deuxième fois d’aller en Guinée. Partout les jeunes étaient en train de jouer au foot, dans les rues, au bord de la mer, partout. Et moi comme je veux gagner quelque chose, j’ai décidé depuis 2011 que je vais travailler avec la Guinée dans le futur. Quand je joue un match amical contre un pays, je garde toujours de bons contacts avec les responsables et l’entraineur  de mon adversaire. C’est pourquoi j’ai présenté ma candidature quand j’ai appris en décembre que la Guinée est à la recherche d’un nouveau sélectionneur national.

« Ce n’est pas normal que la Guinée ait été absente à la CAN 2013».

 

Guineefoot : Voulez vous nous donner des détails par rapport à votre projet sportif pour la Guinée?

 

Tom Saintfiet : Comme je l’ai dit, un sélectionneur doit vivre dans le pays où il travaille. On peut voir tous les matches d’Europe à la télé et on peut visiter les joueurs en Europe quand on prend ses vacances. Le sélectionneur doit vivre en Guinée et travailler tous les jours. Il faut aider les entraineurs locaux à se développer. Quand les entraineurs locaux sont bien formés, les résultats vont suivre et les joueurs locaux vont s’améliorer. Dans le long terme, je vais aider à la mise en place des différentes équipes nationales (U17, U20, U23), c’est très important. Dans le court terme, il faudra se qualifier à la CAN 2015. Ce n’est pas normal que la Guinée ait été absente à la CAN 2013. Quand j’ai vu les qualités des joueurs guinéens, j’ai dit que la Guinée doit toujours se qualifier à la CAN.

Je veux jouer des matches amicaux avant le début des éliminatoires et je vais chercher les meilleurs joueurs pour mon système. Mon équipe sera composé par des joueurs bien connus, d’autres moins et par des joueurs locaux. Je veux créer une équipe qui pense qu’on est fort, qu’on peut battre toutes les autres équipes, qu’on peut se qualifier et gagner la CAN.  En Afrique, il y a des bonnes équipes comme la Côte d’Ivoire, le Cameroun, le Nigéria, l’Egypte, mais quand la tactique est bonne et les joueurs sont motivés, la Guinée peut battre ces équipes comme la Zambie et le Burkina Faso l’ont fait. Quand les résultats sont bons, l’ambition va être naturellement de se qualifier à la coupe du monde 2018 en Russie. C’est mon plan, je veux avoir immédiatement des résultats.

 

Interview réalisée par Tanou Diallo

 

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Les plus lus

To Top