National

Arbitrage en Guinée / les femmes rivalisent d’ardeur les hommes ; l’histoire de Marliatou citée en exemple.

Conakry– « Tout ce que les hommes peuvent faire, les femmes aussi le peuvent » nous enseigne un dicton très célèbre. Voilà ce qui a amené Marliatou Diallo à faire carrière dans l’arbitrage en Guinée.
 
 Si avant, ce métier était majoritairement pratiqué par les hommes, aujourd’hui,   plusieurs femmes en Afrique et dans le monde le pratiquent . Des Guinéennes n’en font pas exception, elle  s’y mettent énormément et c’est le cas de Marliatou Diallo, arbitre assistante.
 
« Tous les métiers au monde sont pour les personnes capables. Il ne s’agit pas de dire que c’est un homme ou une femme. Voilà pourquoi je me suis battue pour être arbitre et aujourd’hui, je suis vraiment contente. Malgré que je ne suis pas encore arrivée au sommet, mais je suis entrain, par ce que je suis devenue maintenant arbitre internationale, et c’est encourageant » nous a confié Marliatou Diallo. 
Agée d’une vingtaine d’année, Marliatou exerce ce métier depuis prés de 10 ans et tout récemment, elle est devenue arbitre internationale assistante FIFA. Pourtant au début, sa famille n’avait pas voulu qu’elle se lance dans ce métier. Mais grâce à une ancienne arbitre guinéenne, Marliatou a pu  convaincre son papa qui a fini par céder.
 
« Je remercie beaucoup Thérese Sagno, une ancienne arbitre qui m’a aidé et soutenu. Au début, mon Papa et moi, nous partions regarder les matches dirigés par cette dame. Pour mon papa, l’arbitrage n’est pas fait pour les femmes, mais pour les hommes (…) Finalement, vu que j’aimais vraiment ce métier, il a accepté et m’a confié à cette dame. Je suis aujourd’hui capable de défier les hommes » poursuit-elle.
 
Comme dans toute activité humaine, Marliatou est souvent confronté aux difficultés, mais son rêve d’arbitrer un jour un match continental l’habite et la propulse. 
 
« Sur le terrain, dés fois, il y a des difficultés, notamment les contestations de certains joueurs et des supporters qui nous accusent d’aider tel ou tel club. Mais on accepte les critiquent. Depuis 2006, j’exerce l’arbitrage et je me sens heureuse dedans. J’invite toutes les filles à aimer et à venir pratiquer ce métier, car c’est une fierté pour nous » conclut-elle.
En Guinée, elles ne  sont que hui (8) femmes arbitres en ligue 1 et en ligue 2, mais elles comptent aller très loin afin de pouvoir  concurrencer les hommes. 
 
Ces femmes sont galvanisées  par la parole de l’ancien président de la FIFA Sepp Blatter qui disait « l’avenir dans le football, c’est le foot féminin »   
 
Mohamed Lamine TOURE
Tél : +224 622 653 422
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Les plus lus

To Top