Nouvelle bannière Guinée Games
Edito

Au crépuscule de Zarmaganda, le Syli pourra-t-il danser ?

KUWAIT CITY― (Edito) S’il y a une chose que le football africain adore le plus, c’est la surprise.

Sur les pelouses africaines, une simple envi de vaincre est, souvent, aussi efficace que l’expérience. C’est une arène où un petit poucet comme la Zambie peut faire du mal à un géant comme la Côte d’Ivoire. Un terrain où le Liberia peut causer des ennuis au Nigeria et le Cap-Vert laminer le Cameroun.

Cela est une bonne chose.

Puisque, le football n’aurait jamais atteint la plénitude de sa beauté si, de temps en temps, les meilleures équipes n’étaient pas contraintes de montrer le courage, le talent, ou la vision qui fait leur force.

Dans quelques jours, les meilleures sélections nationales africaines doivent s’affronter dans des duels pleins de pression et de scénarios en qualification à la prochaine Coupe d’Afrique des nations (CAN 2013). Certains pays comme le Maroc sont en difficulté. D’autres comme la RDC sont presque qualifiés.

Quant à la Guinée victorieuse 1-0 au match aller face au Niger à Conakry, elle croit à sa chance.

Car, pour la première fois, depuis très longtemps, le Syli national a l’avantage clair sur son adversaire aux ultimes moments de qualification à une Coupe d’Afrique des nations (CAN).

Cela n’arrive pas toujours. Les supporters guinéens en sont conscients et très fiers.

Cette supériorité des poulains de Dussuyer sur le Mena était évidente lors de leur rencontre disputée, il y a quatre semaines à Conakry. Durant cette rencontre, le Syli est resté serein, résolu et apparemment soucieux d’être parmi les 15 nations qui disputeront en janvier prochain cette CAN 2013 aux côtés du pays de Mandela.

Mais le match retour étant toujours un autre combat et une autre tactique, la seule chose qui reste intacte est la ’’volonté’’. C’est dire que nous ne devrions pas être surpris si le Niger nous met en difficulté.

Cette explication aura lieu à Niamey aux abords du Boulevard de Zarmaganda, sur la pelouse du Stade Général Seyni Kountché, où Lass et ses coéquipiers seront alignés pour prouver qu’ils peuvent et doivent participer à cette grande joute continentale.

Ils y tenteront remporter la victoire ou à défaut d’arracher un nul qui sera synonyme de qualification. Ils sont ambitieux et motivés.

Toutefois, leur récente défaite face aux Pharaons d’Egypte nous a permis de mesurer à quel point les rencontres de haut niveau pouvaient se jouer sur un détail. Pendant cette rencontre, un léger errement défensif côté guinéen a été à l’origine d’un but génial d’Aboutrika.

Cependant à Niamey, la pression de cette rencontre ―assez considérable pour assurer leur place à la prochaine Coupe d’Afrique de nations (CAN 2013) ― ne doit rien diminuer de l’ambition avec laquelle les Guinéens fouleront le sol nigérien.

Reste à voir si ce Syli, qui savoure pratiquer fièrement son jeu aussi fluide qu’impressionnant, pourra danser au crépuscule de ce match décisif, célébrant son triomphe et sa qualification. Wait and see.

Moysekou

Guinéefoot©

KUWAIT CITY― Sam. 06 Oct. 2012 ―KW

 

Cliquer pour ajouter un commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Les plus lus

To Top