Syli

La Guinée, l’équipe qui dérange sera de la fête à la CAN !

Le titre de l’article du journal sportif le plus lu en France « le journal l’Équipe », suffi à lui seul pour résumer, la difficulté et l’adversité qu’a dû affronter le Syli national pour prendre part à la CAN 2015.

Contrainte de jouer tous ces matchs de qualifications hors de la Guinée et de tout soutien des supporteurs pour cause d’épidémie EBOLA, le syli vient d’établir un record inédit ! Jouer 10 matchs internationaux consécutifs toute compétition confondu hors de ces bases. Débuté en août 2013 par un déplacement en Algérie pour un match amical (2-2) suivi des matchs face à l’Egypte, l’Iran et le Mali (amical) et le Ghana, le Togo et l’Ouganda (CAN 2015). Michel Dussuyer et ses poulains viennent de jouer dix matchs successifs en hors de Guinée ont dû affronter d’énormes défis pour s’inviter à la CAN ! Lors de ces éliminatoires, le bilan du Syli est de 3 victoires, 1 nul et 2 défaites dans ces éliminatoires, la jeune et séduisante équipe du Syli national de Guinée jouera plus qu’une Coupe d’Afrique des nations en janvier prochain !

Le journal Français L’Équipe est formel, la Guinée est l’équipe que certains hauts dirigeants du football Africain espéraient voir rester chez elle pendant la CAN. Des pays sérieusement touchés par le virus EBOLA, la Guinée sera le seul pays présent. Le journal découvre que le Syli national possède des ressources morales insoupçonnées et rappel les difficultés que le onze Guinée a dû faire face lors de ces éliminatoires. Le sélectionneur Français, Michel Dussuyer qui participera à sa 3ème CAN avec la Guinée, abonde dans le même sens. « On a fait fort, c’est vrai et ça n’a pas été toujours facile » et admet que ces joueurs sont pris dans l’étau, sans nommément citer un club !

Pour une sélection essentiellement composée de joueurs professionnels évoluant tous en Europe et malgré que les matchs se jouaient loin de la Guinée, l’Ouganda avait imposé des mesures draconiennes à la délégation Guinéenne à Kampala avec une autorisation d’entrée pour 20 personnes au maximum (joueurs et encadrement compris) avec un hébergement digne des méthodes du siècle dernier. Le sélectionneur Guinéen avait dû se résoudre à voyager avec seulement 16 joueurs. Certains joueurs du Syli ont également mis en danger leur propre carrière, pour la juste, simple et patriotique raison d’être parti défendre les couleurs Guinéennes. Lass Bangoura (Rayo Vellecano), Kamil Zayatte (Sheffield) mise en quarantaine pendant 21 jours par son club à son retour de sélection ou Ibrahima Traoré (Borussia Mönchengladbach) que son entraineur Suisse Lucien Favre avait menacé de le mettre de côté pendant plusieurs semaines, avant de revenir à la raison et Mohamed Yattara (Lyon) dont son président Jean Michel Aulas et son entraineur Hubert Fournier s’étaient pleins dans les médias Français sur les mesures à prendre au retour Yattara et consort. Ce sont autant d’obstacles surmontés par les joueurs du Syli national et leur encadrement. Indésirable à la CAN pour éviter toute psychose et parodie en plein compétition, la Guinée vient de ce qualifier vaillamment avec une moyenne d’âge très basse (la moitié des joueurs utilisés ont 23 ans ou moins) dont trois titulaires de -20 ans (Naby Keita, Abdoulaye Cissé ou Issiaga Sylla).

Le bilan des éliminatoires et tendances des jouieurs du syli !

A la fin de ces éliminatoires, il faut noter la constance de Ibrahima Sory Conté (Anderlecht), l’explosion du lutin Guinéen Seydouba Soumah « Konkölet » (Bratislava), d’à peine 1m61, la confirmation du « Messi Guinéen » Ibrahima Traoré (Borussia Mönchengladbach), la découverte de Naby Keita « Deco » (Salzbourg), l’apport de Florentin Pogba (Saint-Etienne), de Idrissa Sylla (Zulte Wareggem), de Boubacar Fofana (National Funchal), de ceux qui ont peu joués pour divers raisons à l’image de Ismaël Bangoura (Nantes), Kamil Zayate (Sheffield), Mohamed Diarra (Odense), mais également l’intégration réussie des joueurs locaux dans la dynamique et l’émergence des clubs phare du pays (Horoya, AS Kaloum…). Mention spéciale, aux joueurs ayant pris part à tous les matchs de qualification (Conté, Soumah, Fofana), aux buteurs Seydouba Soumah (5 buts), Ibrahima Traoré et Idrissa Sylla 2 buts pour chacun, et à Michel Dussuyer dont une élimination aurait sonné la fin de son aventure à la tête du Syli qu’il mènera à sa troisième CAN et tentera de passer l’obstacle des quarts de finales toujours atteints depuis 2004. Florentin Pogba ou Abdoulaye Cissé qui n’ont raté des matchs que sur suspension, vont vivre leur toute première CAN dans quelques semaines !

Soumah 2ème meilleur buteur de l’Afrique !

La phase qualificative de cette CAN aura incontestablement révélé le lutin Guinéen Seydouba SOUMAH (Slovan Bratislava), avec son 1m 61. Seul la défense du Ghana à résisté au phénomène Soumah avec un triplé retentissant au Togo ou il inscrit l’un des plus beau but de cette qualification en

Seydouba Soumah, 5 buts en qualification !

driblant toute la défense et le Gardien de but avant de conclure dans le but vide. Il s’est découvert une qualité de buteur insoupçonné jusque là ! Confirmation attendu à la CAN !

Les autres joueurs ne sont pas en reste, l’on se rappel de la frappe magistrale de IbrahimaTraoré en bon capitaine, sous la barre transversale du portier Ghanéen à Casablanca dans les toutes dernières minutes du match, mais également du important inscrit sur coup franc, décidemment, face à l’Ouganda pour les obliger à sortir de leur moitié de terrain et la suite on la connait (2-0).

La colonne vertébrale composée de Florentin Pogba (Saint-Etienne), Ibrahima Sory Conté (Anderlecht), Ibrahima Traoré (Mönchengladbach) Naby Keita (Salzbourg) ou Seydouba Soumah (Bratislava) qui jouent tous les coupe d’Europe cette saison avec leurs clubs (chose assez rare), devront afficher le même niveau de compétition à la CAN que lors des deux derniers matchs.

Si Sadio Diallo (Lorient), Kamil Zayatte (Sheffield), Baissama Sankoh (Guingamp) et la vague d’émergence des nouveaux talents : Kamano (Bastia), Diakhaby (Lyon) Guirassy (Laval), Barry (Kaiserslautern), Oularé (Bruges), Mara (Lorient), Touré (Nantes), Soumah (Juventus) ou Gaston Camara (Inter Milan) qui a déjà fait ses débuts récemment avec les nerazzuri confirment les espoirs et leurs statuts actuels dans leur clubs respectifs, les prochaines éditions des CAN : 2017, 2019, 2021 et 2023 qu’organisera la Guinée autre fois appelé le pays des rivières du sud, il y aura de quoi soulever les foules ou arroser voir faire glisser plus d’une sélection dans les prochaines années ! Chose que ne verra pas le talentueux et regretté Oumar Tourade BANGOURA (ASK), 20 ans, récemment emporté par une crise cardiaque et inhumé ce vendredi 21 novembre à Conakry !

Le Syli qui est souvent félicité à la CAN pour son football chatouillant, époustouflant, déroutant et joviale, devra se surpasser pour rendre hommage à ses supporteurs sevré de matchs depuis un an et demi, et remerciera ou rendra un vibrant hommage au Maroc voir le Bénin dernièrement.

Le Maroc est d’une hospitalité et solidarité rare en Afrique et la Guinée jouera aussi pour le Maroc !

Le Maroc qui a été dessaisie de l’organisation de la CAN sera en quelque sorte représenté par la Guinée pour avoir accueilli tous les matchs Syli National et de la sélection U17 Cadets qualifié pour la CAN Niger 2015 qui avait reçu ces adversaires au Maroc tout comme le club Horaya AC qui a préparé sa nouvelle saison sur le sol Marocain.

D’une hospitalité et solidarité rare entre état Africain, le royaume Chérifien qui a n’a jamais arrêté de desservir Conakry par sa compagnie aérienne RAM méritait d’offrir cette CAN à son peuple !

Mais la géopolitique du sport que d’autres penses à tort incompatible est passé par là !

Qui connait le nom du plus haut dirigeant du Portugal ? Très peu ou personne en Afrique ! Qui ne connait pas Cristiano RONALDO ? Idem pour Lionel MESSI avec la présidente de l’Argentine ou BOLT avec la Jamaïque !

Les grands sportifs professionnels sont les meilleurs ambassadeurs de leurs pays dans ce siècle sans aucun doute !

Les équipes nations présentes à la CAN 2015 sont prévenus, les frappes de balle des joueurs du Syli national de Guinée auront des têtes de flèches estampillé « ANTI EBOLA », et il faudrait bien être solidaire du Syli national et de son peuple que le contraire, car l’inverse aura pour conséquence l’obsession du «titre de champion d’Afrique» pour le Syli qui se nourrit de l’adversité, tant pis pour ceux pensent encore que les résultats sportifs doivent se décider dans les bureaux climatisés !

Le sport est l’un des seuls domaines d’activités ou l’on peut partir de très bas ou d’un milieu modeste pour triompher à la barbe des plus puissants et forts !

Faut-il être puissant ou aimé ? Les choix sont équilibrés ! Il faut les deux diront certains… !

Le Syli national qui a déjà gagné son premier combat, être à la CAN et son peuple en très fier de lui !

Et attend impatiemment le tirage au sort des groupes pour peaufiner sa préparation !

Rappel :

          Guinée-Togo (2-1) par Seydouba SOUMAH (PG) 11’ et Idrissa SYLLA 45’

          Ouganad – Guinée   (2-0)

          Guinée-Ghana (1-1) par Ibrahima Traoré 81’

          Ghana-Guinée (3-1) par Mohamed Yattara 34’

          Togo-Guinée (1-4) par Idrissa Sylla 17’ ; Seydouba Soumah 40’ 59’ et 65’

          Guinée-Ouganda (2-0) par Ibrahima Traoré 23’ et Seydouba Soumah (PG) 61’

Guinéefoot°

Alhassane SAMPOU

Cliquer pour ajouter un commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Les plus lus

To Top