Uncategorized

Mohamed Yattara: «Jouer pour mon pays, c’est un rêve d’enfance… Disputer la CAN en janvier est un de mes objectifs.»

yattara TroyesLe jeune attaquant guinéen, Mohamed Yattara qui vient juste d’avoir ces 19 ans a accordé une interview à nos confrères de l’Est Éclair. Yattara qui va dans une semaine intégrer le groupe Syli national, donne l’impression d’un jouer très ambitieux. Après avoir disputé le premier match de préparation avec L’équipe A de l’olympique lyonnais, Yattara avait été mis à la disposition de l’équipe CAF des gones.

Avec l’objectif qu’il s’est fixé pour la nouvelle saison, le joueur était ravi de susciter l’intérêt d’un club qui joue en L1. Le nouvel international guinéen, s’entraîne depuis le dimanche 5 août dernier avec ses nouveaux coéquipiers de l’Estac.

 


Comment s’est fait votre choix de venir à l’Estac ?

 

« J’ai fait le stage avec l’OL puis le premier match amical contre Bilbao. Ensuite, le club est parti en tournée aux États-Unis en me laissant à disposition de la CFA. Après mon prêt à Arles-Avignon où ça a bien fonctionné (19 matches, 5 buts), j’espérais mieux. J’ai donc décidé de trouver un club parce que je n’ai pas envie de refaire une saison en CFA. J’ai envie de jouer. Reims s’était aussi intéressé à moi avant mais ils voulaient aller très vite. Arles et Angers me voulaient mais j’avais envie du niveau supérieur. Troyes, c’est bien, j’ai joué deux fois contre eux, ça joue au ballon, il y a de bons joueurs. Aujourd’hui, je suis très heureux d’être là.»


Quels sont vos objectifs cette saison ?

 

« Je viens d’avoir 19 ans, je suis toujours en formation. Je n’arrive pas comme un titulaire indiscutable. Je suis venu pour apprendre. Des joueurs comme Nivet ou Grax qui ont beaucoup d’expérience de la L1 vont m’inspirer. Je vais rester à l’écoute et j’espère aider le club à atteindre son objectif, le maintien. »

 

On dit que vous êtes très généreux sur le terrain ?


«Je prends beaucoup de plaisir à faire des appels en profondeur et à en faire beaucoup. C’est mon jeu, j’espère que ça va vite fonctionner avec mes nouveaux coéquipiers. Je sais aussi décrocher. Et puis j’aime bien aller au contact, au sol ou en l’air. Je n’ai peur de rien. »

 

Ce courage vient de votre parcours ?


« Oui, ça n’a pas été facile tous les jours. Je suis arrivé en France à 15 ans. J’ai dû me battre pour en arriver là. Avant d’arriver à Lyon, je suis passé par deux foyers à Périgueux, l’ASE et la Beauronne. Je me suis accroché. Alors, être là aujourd’hui, ça donne la pêche. »


Comment avez-vous atterri à Lyon ?

 

« C’est Fleury Di Nallo (aujourd’hui son agent) qui m’a repéré. Il a demandé à Lyon de faire un essai de cinq jours. Je suis ensuite reparti. Ils ont demandé de nouveau à me voir pour le tournoi de Montaigu où j’ai marqué quatre buts. Ils m’ont alors fait signer un contrat d’aspirant de deux ans. La première année, j’ai marqué 37 buts avec les U17. Ensuite, j’ai été surclassé avec la CFA. Mais l’année dernière, l’entraîneur a changé et je ne jouais plus beaucoup, c’est pour ça que je suis parti à Arles.»

 

La sélection guinéenne, vous y pensez ?

 

« Oui, j’ai déjà reçu deux présélections mais je n’ai pas eu la possibilité d’y aller. J’en ai encore une pour un match amical contre le Maroc en septembre (15 août, ndlr de Guineefoot). En jouant en Ligue 1, j’aurai plus de chances. Jouer pour mon pays, c’est un rêve d’enfance . Petit, à Conakry, j’allais voir les entraînements, j’en avais des frissons. Disputer la CAN en janvier est un de mes objectifs. »

 

Source: L’Est Eclair

Cliquer pour ajouter un commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Les plus lus

To Top