Nouvelle bannière Guinée Games
Articles

Yalany: “Je veux jouer pour la Guinée”

Liverpool – Le très talentueux joueur de l’équipe réserve de Liverpool FC, Yalany Baio (18 ans) déclare ouvertement sa flamme au Syli national de Guinée. Considéré comme le nouveau Claude Makélélé par la presse anglaise, l’international portugais des moins de 19 n’a pas caché son vœux de rejoindre rapidement l’équipe nationale de football du pays de son père.

 

 

Contrairement aux autres qui se font prier pour choisir la Guinée, Yalany n’a posé aucune condition pour rejoindre le Syli national. Arrivé à Liverpool en janvier 2011, le très puissant milieu de terrain a fait son trou dans l’équipe réserve des Reds. Actuellement, cette équipe est troisième en championnat et elle vient de se qualifier pour les demi-finales de la FA Cup. Le 12 avril prochain, Yalani et ses coéquipiers vont défier Chelsea à Anfield.

 

Ayant déjà perdu celui qui est annoncé comme le nouveau Patrick Vieira au profit de la France, la Guinée à tout intérêt à s’activer pour ne pas se retrouver dans la même situation sur le dossier de Baio. Le Portugal suit l’évolution du joueur de très près. Guineefoot s’est entretenu hier soir 17 mars avec ce jeune espoir qui occupait pendant la semaine écoulée les pages d’un magazine anglais. LA FGF et le sélectionneur national sont prévenus.

 

Guineefoot: Bonjour Yalani, je te remercie d’avoir accepté de s’exprimer en exclusivité sur Guinéefoot. Pour commencer, peut-on savoir qui est Yalany Baio?

 

Yalany Baio: Mon nom c’est Yalany Baio, j’ai 18 ans et je joue pour l’équipe B de Liverpool FC. Ma maman est bissau-guinéenne et mon papa est de Guinée Conakry. Moi je suis né à Bissau. Je suis allé en Guinée quand j’avais entre 5 et 6 ans. Je vis actuellement avec ma maman ici à Liverpool, mon papa est installé en Angola.

 

Au départ je pensais que tu ne connaissais pas bien la Guinée

 

Comme ça faisait longtemps que je n’étais pas parti en Guinée et que je n’avais pas vu mon père, j’ai décidé l’année passée de partir en vacances à Conakry. Ils m’ont montré les membres de ma famille que je n’ai jamais connu, mes sœurs et mes cousines. Maintenant, nous sommes en contact permanent à travers le phone.

 

À quel age est tu arrivé au Portugal?

 

Je suis arrivé au Portugal quand j’avais 12 ans. Ma maman et moi avons voyagé sur le Portugal à partir de Conakry.

 

Dis moi, où t’as commencé à taper dans le ballon et comment as tu été découvert?

 

J’ai commencé à jouer au ballon quand j’étais en Guinée. À l’époque j’avais 6 ans. Je vécu jusqu’à l’age de 12 ans à Conakry. Mon école se trouvait à Gbessia. Je me rappelle bien du nom, c’était à Koumba Diawara. Très tôt, ma mère a su que je peux devenir un très grand footballeur à l’avenir. C’est ce qui l’a poussé à me faire voyager à cet âge là. Quand nous sommes arrivés au Portugal, il fallait que le problème de papiers soit réglé. Dès que j’ai obtenu mes papiers à l’âge de 13 ans, je me suis inscrit à Naval, un club qui joue actuellement en deuxième division portugaise. C’est à 2 heures de Lisbonne. C’est là qu’un agent m’a vu joué avec mes amis. Dans un premier temps, il s’est entretenu avec mon entraîneur. Après il m’a pris dans sa voiture, nous sommes allés chez moi rencontrer ma maman. Comme cette dernière ne comprend pas beaucoup le foot, elle a appelé mon papa qui parle le portugais aussi. Il a discuté avec l’agent et les deux sont tombés d’accord. J’ai signé avec lui un contrat de 2 ans que je viens de renouveler aussi. Il m’a directement emmené au Sporting de Lisbonne.

 

Depuis janvier 2011, tu as intégré l’accademie de Liverpool FC. Explique moi un peu comment ton transfert à Liverpool s’est déroulé?

 

Sporting Lisbonne voulait me faire signer un contrat de formation de 2 ans. Entre temps un ami de mon agent lui a appelé pour lui dire que Liverpool a besoin d’un milieu qui joue au poste du numéro 6. Tout de suite, il a dit aux dirigeants du Sporting d’attendre. J’étais resté dans le centre du Sporting entre 7 à 8 mois, je m’entraînais régulièrement. Mon agent m’a amené faire un essai de 3 jours à Liverpool. J’ai joué un match après je me suis retourné au Portugal pour 2 jours. Quand nous sommes revenus à Liverpool, j’ai joué un match à l’extérieur contre Manchester City. Ils m’ont dit que j’ai fait un bon match. Sur le coup, Liverpool a décidé de me donner un contrat de formation d’une année et 3 ans de contrat professionnel.

 

Cela fait maintenant deux ans que tu es à Liverpool. À ton arrivée, t’as intégré l’équipe des moins de 16 ans. Quelques mois après tu jouais avec les moins de 18 ans. Aujourd’hui tu joues avec l’équipe réserve. Comment t’as pu franchir toutes ces étapes en 2 ans?

 

Ce n’était pas facile pour jouer ici. Ce n’est pas comme au Portugal où on n’aime à jouer au foot à une deux et le démarquage. Ici il faut être physiquement très bien et travailler très dur. Partout, il y a des sales de musculation. Ils sont très rigoureux dans la sale de musculation. Quand tu as 18 ans ici, tu dois te comporter comme un grand professionnel.

 

Cette saison tu étais annoncé parmi les 5 jeunes qui devaient avoir leur chance pour débuter avec l’équipe première. Est-ce que tu continues toujours à croire que tu vas intégrer l’équipe A d’ici la fin de la saison.

 

J’avais vu un journal ici qui parlait de cela. Je travaille très dur pour être dans l’équipe première. Comme vous le savez, dans les 5 là, c’est un seul qui est monté d’abord. Le coach de l’équipe première, Brendan Rodgers nous parle beaucoup. Il nous conseille de travailler dur davantage et il nous dit aussi que le club compte sur nous. Il me dit souvent: “Yalany tu es très bon avec le ballon, tu es physique et tu te bats bien sur le terrain. Tu organises le milieu de terrain. On n’a besoin de toi dans cette équipe. Continue à travailler dur et on verra ce qui va se passer la saison prochaine”. Mais je continue à croire que j’aurai ma chance d’ici la fin de la saison. Le samedi passé (16 mars), un de mes amis était dans le groupe qui a joué contre Southampton. Tu vois, c’est un peu difficile pour moi car je joue au même poste que Steven Gerrard, Lucas mais je pense que je vais avoir la chance. Gerrard est une légende ici.

 

Combien de fois tu t’es déjà entraîné avec les big boys?

 

(Rires) Chaque weekend, je m’entraîne 2 à 3 fois avec eux, Steven Gerrard, Lucas, Suarez, Carragher. Gerrard lui, il est très calme lors des entraînements, il ne parle pas beaucoup. C’est avec Carragher que je parle très souvent. Comme Souarez et Lucas parlent aussi portugais, j’échange beaucoup avec les deux. Pendant les entraînements, ces trois là me donnent des conseils sur comment je dois contrôler le ballon et comment je dois me maîtriser si je devais jouer devant 50 000 spectateurs. Ils me disent souvent de ne pas perdre le premier ballon, appelle le ballon quand tu es milieu, il faut être en confiance même si tu joues face à Messi et surtout ne complique pas ton jeu.

 

Quand tu es arrivé en 2011, tu t’es entraîné avec Joe Cole avant son départ pour Lille. T’avais déclaré qu’il était bien avec toi. Quel genre de conseils ce joueur te donnait pendant les entraînements?

 

Joe Cole est tellement bien avec les enfants. Si tu le vois avec nous à distance, tu vas penser que nous avons même âge de par sa taille. Il jouait avec nous et il organisait tout. C’est un gars très Sympa.

 

Tu es vu par les médias anglais comme un joueur assez puissant et solide et tu es considéré comme étant quelqu’un qui a une grosse capacité dans les passes courtes et les passes longues. Peut-on savoir quels sont tes faiblesses dans le jeu?

 

Comme vous le voyez maintenant, je joue au milieu et parfois comme latéral droit. J’étais faible en pressing mais j’ai énormément progressé dans ce sens. Mon préparateur physique m’a beaucoup aidé. Moi même en regardant les vidéos à la fin des matches, j’ai remarqué que j’ai fait d’enormes progrès.

 

Tu es un milieu de terrain qui a aussi d’énormes capacités défensives et offensives mais parfois tu es utilisé comme arrière droit. À quel poste tu voudrais t’imposer définitivement?

 

On a eu des discussions ici par rapport à cette question. Mon agent est venu discuter avec le coach. J’ai fait plus de trois semaines, je jouais comme latéral droit. J’ai appelé mon agent pour lui dire que je ne suis pas un latéral droit. Je peux jouer latéral droit comme Michael Essien le fait souvent. Quand mon agent est venu, l’entraîneur lui a dit qu’il sait ce qu’il fait. Il sait que je suis un milieu. Il a dit à mon agent de ne pas s’inquiéter.

 

Maintenant on va parler de ta carrière internationale. Sous les couleurs de quel pays voudrais-tu connaître le bonheur?

 

J’étais en Guinée l’année passée, j’ai fait des interviews avec les journalistes, ils m’ont demandé de venir jouer pour la Guinée, je leur avais dit que je n’avais que 17 ans, je ne pouvais pas décider encore. Depuis que je me suis retourné, j’ai beaucoup progressé. Maintenant je suis avec l’équipe B de Liverpool. Issa Somparé (ndlr, agent de Thierno Bah) m’a aussi appelé pour me parler de la Guinée. Je lui ai dit Issa tu sais, je suis de Guinée Conakry, j’ai bien envie de jouer pour le pays de mon père. Mais je ne voulais pas encore que tout le monde le sache parce que l’entraîneur de l’équipe du Portugal des moins de 19 ans m’appelle régulièrement pour me demander si j’ai bien joué. Il s’informe tous les week-ends auprès de moi pour savoir comment mon match s’est passé. Parce que j’ai joué 3 matchs amicaux avec l’équipe portugaise des moins de 19 ans. Je me suis beaucoup entraîné avec cette équipe aussi.

 

Ça veut dire que si demain la fédération guinéenne de football ou le coach prend contact avec toi, t’es prêt à rejoindre l’équipe nationale sans condition?

 

Je veux jouer pour la Guinée. Maintenant ça dépend de l’entraîneur. Je ne peux refuser la Guinée, c’est le pays de mon père. J’aime la Guinée, j’aime la Guinée Bissau et j’aime le Portugal. Ma vie est dans ces trois pays là. La fédération bissau-guinéenne m’appelle souvent quand ils ont des grands matchs. La dernière fois quand un mec m’a appelé pour m’en parler, je lui ai dit de ne pas se fatiguer, j’aimerai jouer pour la Guinée. Beaucoup de Guinéens m’appellent ou m’envoient des messages pour me dire de jouer pour le pays de mon père.

 

L’entraîneur ou un membre de la fédération guinéenne de football n’a jamais pris contact avec toi encore?

 

Quand j’ai parlé avec Issa, l’entraîneur a demandé mon numéro et Issa lui a remis mes deux numéros. Ça fait maintenant une semaine je crois mais je n’ai pas reçu encore un message venant de lui. Quand Issa m’a parlé de la Guinée l’année dernière, je lui ai dis, Issa reste tranquille quand je serai prêt, je vais t’appeler pour te dire que je suis prêt pour la Guinée.

 

Ça veut dire que tu es prêt maintenant?

 

Je suis prêt parce que j’ai progressé dans mon football. Et tout le monde me dit que j’ai progressé. Je vois beaucoup de choses sur moi dans la presse anglaise. C’est pour cela que j’ai appelé Issa et j’ai causé aussi avec mon père et mon agent.

 

Quels sont les joueurs de l’équipe nationale que tu connais par le nom?

 

C’est seulement Mohammed Yattara que je connais parce qu’il est l’ami de mon frère. Il me connaît bien aussi. Quand j’étais en Guinée pendant les vacances, on a joué ensemble au stade annexe.

 

Pour terminer, l’ancien international français, Claude Makélélé est ton idole. D’ailleurs la presse anglaise n’a pas tardé à faire la comparaison entre vous deux quand tu as débuté à Liverpool.

 

Quand j’étais petit ma mère m’a acheté un maillot de Claude. Au Portugal, je regardais ses vidéos, ses gestes. Ici tout le monde m’appelle Makélélé. Tu sais moi je suis un peu fort, quand je m’approche de toi, je récupère la balle et je peux faire les passes avec les deux pieds. Je suis très fort avec les deux pieds.

 

Merci Yalany

 

De rien.

 

Entretien réalisé par Tanou

Cliquer pour ajouter un commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Les plus lus

To Top