National

Début émouvant de Sadio en France : Le joueur clash son premier agent.

Conakry-Parti adolescent de la Guinée pendant l’avenir le souriait grandement, Sadio Diallo a frôlé le pire destin : être un SDF puis un immigré en situation irrégulière.

Dans un entretien accordé à nos confrères de libération, repris par guineeactusport, L’ancien meilleur joueur du championnat local avec le felo puis l’atletico, retrace son parcours aussi émouvant que palpitant.
Lisez

«Je suis arrivé en France à 18 ans. J’ai fait des essais à Nice et Rennes mais ça n’a pas marché [son agent de l’époque se serait montré trop gourmand]. Je me suis retrouvé sans personne, sans famille, sans argent. Je suis allé dormir chez quelqu’un que je connaissais à Toulouse. J’avais très peur à l’époque. Je voulais juste jouer, que l’on me donne les moyens de progresser et j’avais l’impression qu’on voulait m’en empêcher. Sur les conseils du coach niçois de l’époque, Frédéric Antonetti, j’ai appelé son neveu, Pierre-Paul, depuis une cabine téléphonique de l’aéroport de Nice. Je n’avais rien [juste des claquettes aux pieds et des shorts dans un sac plastique]. Il m’a dit : “Ne bouge pas, j’arrive”, et il a pris le premier avion pour venir me chercher.

… Ensuite, à Bastia, ça m’a fait drôle au début. Je demandais des conseils. Comme mon visa était expiré, je m’entraînais sans pouvoir jouer pendant que l’on traitait ma nouvelle demande, je n’avais droit qu’à l’équipe réserve. Cette période m’a endurci. C’est plus tard que je me suis retrouvé avec le numéro 2, auquel les milieux ou attaquants ne touchent jamais : Bastia évoluait en National [3e échelon], je rentrais de sélection et il restait trois numéros disponibles. Le 2, le 26 et le 14. Pour moi, c’était provisoire, juste pour s’entraîner, mais non. Depuis, à chaque début de saison, je garde le numéro 2..»

Lamine Mognouma Cissé

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Les plus lus

To Top